Re: courrier des lecteurs de jean legrand (mardi 06 septembre 2005)

Re: courrier des lecteurs de jean legrand (mardi 06 septembre 2005)
Je pense qu'avant de publier systématiquement les courriers de M. Legrand vous devriez vous informer de qui il est. Je pensais que c'était une règle absolue du journalisme que de vérifier les sources, et, notamment, quels sont les choix de société de l'auteur. Je vous invite à chercher sur google "jean legrand démographe". C'est très instructif, et cela montre que vous publiez systématiquement les courriers (re) d'un "dit expert" de l'extrême droite et qui est chargé de véhiculer les thèses de celle-ci en les assortissant d'une soi-disant autorité scientifique. Lorsqu'il s'agit du moindre texte avec le mot juif ou ses connotations, vous êtes pourtant autrement vigilant... Je pense sincèrement que Le Monde peut, et même doit, publier toutes les idées, y compris celles de l'extrême droite. Mais suis certain qu'il y va du devoir du Monde d'assortir la publication d'un commentaire et de révèler qui est l'auteur et quelles sont ses attaches politiques lorsque celles-ci sont extrêmes : soit directement, soit en publiant un courrier mettant les choses au point. N'oubliez pas que les courriers publiés par Le Monde sont le reflet des choix du quotidien, puisque leur publication ou non relève d'un choix éditorial. Une façon de faire serait de préciser dans la signature du courrier que M. Legrand soutient "laissez-les vivres", qu'il est "expert patenté auprès du club de l'horloge" (cf. recherche google), etc. Mais je sais que cela vous laisse impérial, parce que les thèses de M. Legrand sont celles du Monde, et que, devant cela, votre prétendue rigueur journalistique s'efface. J'ai froid dans le dos de voir comment Le Monde peut se laisser manipuler par une minorité d'extrêmistes. Les Nazis n'ont pas procédé autrement, et ils ont manipulé les "élites" de l'Europe, vous ne drevriez pas l'oublier.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet